Avis de jm4skin35 (intact)

  • Edit Bech : Morceau de discussion déplacé après avoir été dans le sujet Restauration d'Ernest


    Bonsoir Ernest ! Encore bravo à toi pour ce travail ! Mais ce médecin scolaire a eu une attitude classique, d'ignorance pourtant largement dénoncée. On ne doit pas décalotter de force un enfant. Jusqu'à l'âge de 10 ans il est inutile de s'affoler. Bien souvent, il n'y a en réalité aucun phimosis, mais uniquement des adhérences préputiales entre le gland et la muqueuse interne du prépuce. Celles-ci cèdent d'elles-même avec le temps et peuvent parfois persister jusqu'à 10 / 12 ans. Forcer le prépuce d'un enfant peut en réalité déclencher un phimosis dit "acquis", alors qu'il n'y en a pas forcément un au départ ! C'est idiot .


    Quant au frein, oui tu as de la chance. Moi, j'ai beau être intact, je n'ai plus de frein malheureusement et je le regrette bien. Comme un certain nombre d'autres hommes non-circoncis, le mien s'est rompu lorsque j'étais un jeune adulte pendant un rapport sexuel. J'aimerais à ce sujet tordre ici le cou à une idée préconçue très répandue et totalement fausse, que j'ai lu de multiple fois sur le web, selon laquelle un pénis intact dont le frein n'existe plus reste "décalotté" en permanence. C'est faux, et je peux en témoigner, cela rejoint un autre sujet récent de ce forum, que cela n'empêche pas le retour automatique du prépuce sur le gland au repos après un décalottage ... Tout dépend de l'indice de CI. A CI 9 ou 10, il y a toujours retour automatique de la couverture du prépuce sur le gland. D'où l'intérêt aussi, pour les restaurations de persévérer afin d'obtenir un CI maximum même si la circoncision préalable a privé le pénis de son frein.

  • Bien souvent, il n'y a en réalité aucun phimosis, mais uniquement des adhérences préputiales entre le gland et la muqueuse interne du prépuce. Celles-ci cèdent d'elles-même avec le temps et peuvent parfois persister jusqu'à 10 / 12 ans. Forcer le prépuce d'un enfant peut en réalité déclencher un phimosis dit "acquis", alors qu'il n'y en a pas forcément un au départ ! C'est idiot .

    Salut c'est exactement cela !!! Il faudrait encadrer ce texte en première page de ce forum ou sur celui de ABC Phimosis :thumbup:

    Quant au frein, oui tu as de la chance. Moi, j'ai beau être intact, je n'ai plus de frein malheureusement et je le regrette bien.

    Ahhhhhhhhh tu es intact... c'est pour ça qu'il est aussi long :love: petite question, as-tu perdu beaucoup de plaisir après la perte de ton frein ?

    :cursing::cursing::cursing: La circoncision est une véritable mutilation qui a détruit ma vie sexuelle !!! :cursing::cursing::cursing:

    Méthode de restauration avec manchon silicone expliquée ici

    Mise en place du manchon en vidéo ici

    Ma restauration ici

  • Bonjour Sebiohazard : Oui, je suis intact car par chance et grâce à la vigilance de mon grand-père, j'ai pu échapper à la circoncision. Si cela intéresse les autres membres de ce suite, je pourrai apporter mon témoignage, peut-être dans la rubrique destinée aux jeunes parents, car mon cas est assez exemplaire et significatif de ce point de vue. Car comme je l'ai écrit dans mon encadré ci-dessus, on confond bien trop souvent phimosis et adhérences préputiales, voire brièveté du frein. Or dans ces trois cas, la plupart du temps, la circoncision est inutile, voire néfaste. Il serait grand temps de changer d'attitude et que les médecins cessent de voir en l'ablation du prépuce, la solution miracle (solution de facilité en réalité) au moindre problème mineur touchant cet organe.


    Quant au frein, pour répondre à ta question Sebiohazard, cela s'est passé de manière "naturelle" si je puis dire, en ce sens où il s'est déchiré dès le début de ma vie sexuelle lors d'un coït ordinaire. La seule comparaison que je puis donc faire est celle ressentie avec le frein intact lors de mon adolescence pendant mes activités de masturbations, et toutes les autres par la suite, où je n'avais plus le frein. ABC Phimosis explique bien sur son site ce phénomène de la déchirure naturelle du frein. Généralement celle-ci n'est que partielle, et a pour conséquence une cicatrisation avec allongement bénéfique d'un frein trop court. Mais il arrive comme chez moi, que le frein se déchire complètement jusqu'à sa base et là, il ne se "ressoude" pas. Les deux bouts sectionnés finissent par se dessécher et la peau morte tombe. Avec le temps et les rapports sexuels d'une vie entière, il finit par totalement disparaître sans laisser de tracer visible. Dans mon cas, ayant été sectionné très trop, je n'ai quasiment connu qu'une sexualité "sans" le frein. Mais je me souviens très bien que j'avais beaucoup de plaisir adolescent à le solliciter dans mes masturbations, et je pouvais décecncher des orgasmes rien qu'en le stimulant. Ceci étant, et cela rassurera sans doute tous ceux qui n'ont plus de frein à cause d'une circoncision, non, franchement, je ne pense pas avoir perdu beaucoup de sensibilité et j'ai toujours ressenti un grand plaisir sexuel. Les images illustrent l'état actuel à 55 ans de mon pénis intact. Le frein a totalement disparu avec le temps.

  • Ha oui en effet, totalement disparu le frein même moi qui en ait un endommagé je vois la différence.

    L'essentiel est de pouvoir garder ses sensations optimales dans tout les cas.

    L'avantage chez toi est de ne pas voir subi de keratinisation du gland, difficile exercice pour un circoncis essayant de retrouver sa sensibilité par la restauration.

    Mais tout de même possible dans le temps. Sauf cas particulier bien entendu...


    Mais je n'arrive pas a comprendre pourquoi tu as échappé a la circoncision, pourquoi même y être proposé... Bravo a ton grand père qui lui était plus exposé a cette mutilation de par sa génération.

  • Bonjour OCP66C4 ! Oui, bien sûr, le fait d'avoir pu garder mon prépuce intact a permis de conserver la muqueuse du gland humide et douce, sans aucune kératinisation. Et c'est une grande chance pour le maintien de toute la sensibilité.


    Pourquoi j'ai échappé à la circoncision ? C'est très simple. A peu près comme notre ami Ernest, et comme je pense beaucoup ici, on m'avait diagnostiqué un "phimosis" lors de la visite médicale quand j'étais au CM1 il me semble me rappeler. Mais il se trouve que dans ma famille "on ne parlait pas de ces choses-là" à cette époque et que tout ce qui touchait ce sujet était profondément tabou. Donc sujet clos. La même année, quelques jours plus tard je me suis retrouvé en vacances d'été chez mes grands-parents maternels. Je ne me rappelle plus comment le sujet est venu en discussion mais j'ai dit à mon grand-père que la docteresse qui m'avait fait passer la visite médicale à l'école, avait dit qu'il fallait que je vois le docteur de famille pour un problème avec mon "zizi". Et c'est parce que mon grand-père, bien plus ouvert (ancien marin qui a parcouru le monde, ceci explique peut-être cela) que mes propres parents a eu l'idée de vérifier les dires du médecin, que j'ai échappé sans doute à une circoncision promise. Bien sûr à cet âge-là, je n'avais pas une idée très précise des choses du sexe masculin, mais mon grand-père a été suffisamment pédagogue pour que je comprenne bien ce qu'il faisait et pourquoi il le faisait. De ce fait, il m'a emmené dans la salle de bains, et il m'a expliqué qu'il allait regarder le problème remarqué par le médecin scolaire. Il a alors constaté qu'effectivement, je ne décalottais pas (et m'a expliqué comment cela devait fonctionner et pourquoi, avec des mots justes et à ma portée). Il a alors regardé dans l'armoire à pharmacie et en a sorti un flacon d'huile d'amandes douces et du coton. Puis avec délicatesse, il a tiré le prépuce très doucement vers l'arrière tout en "essuyant" la peau et le gland avec le coton imbibé d'huile. Peu à peu le gland est apparu ; j'avoue que j'étais d'autant plus captivé, que je voyais cela pour la première fois d'une part, et que n'ayant aucune douleur réelle, j'en étais plus attentif à ses gestes. Il m'a expliqué que la docteresse avait exagéré les choses et qu'il s'en doutait. Que je n'avais pas de phimosis, mais juste la peau du prépuce encore collée au gland et qu'il était en train d'arranger cela. En fait, il était en train de faire céder les adhérences naturelles qui existent chez tous les petits garçons ... Le seul moment un peu désagréable fut le passage de la couronne du gland où il a fallu qu'il force un peu. Mais la petite douleur fut brève et après quelques mouvements de passage, tout fonctionnait parfaitement.


    L'information prodiguée par mon grand-père fut ensuite complétée par le fait qu'il m'a fait prendre conscience du frein qui à l'époque, faisait se courber le gland vers le bas au décalottage complet. Il m'expliqua qu'il ne fallait pas s'inquiéter de cela et que les choses s'arrangeraient toutes seules plus tard, et qu'il fallait laisser faire la nature. Il m'expliqua que cette petite bride était là pour empêcher le gland de rester découvert afin que le prépuce le protège durant l'enfance. Mais que plus tard, elle allait se casser quand elle ne serait plus utile. C'était en effet une façon un peu personnelle de voir les choses, mais qui a au moins eu le mérite de faire en sorte que je ne me suis absolument pas inquiété le jour où mon frein s'est déchiré et rompu en faisant l'amour avec ma première copine. Les choses étaient tout simplement normales.

  • Bonjour Jm4skin35!

    Merci pour ce partage d'image, et du témoignage.
    Très beau témoignage même (ça fait du bien de voir ici aussi du très positif finalement!)
    En vous lisant, j'avais juste envie de voir votre grand-père, lui serrer la main, et lui dire merci. C'est bête, mais oui ça fait du bien de lire aussi ça.

    De mon point de vue, ça devrait être les parents directs qui devraient s'occuper de ça, du fiston (peut être surtout le papa d'ailleurs? Peut être encore plus apte que la maman sur ce point précis, mais bon pourquoi pas aussi elle finalement), mais là, comment ne pas dire merci a cet homme?

    Par contre, je ne savais même pas que 'naturellement', le frein pouvait disparaitre complètement. Pour moi il restait toujours au moins une trace, plus ou moins importante, mais là effectivement tout a disparu! D'ailleurs, si je peux me permettre, je trouve que ça fait du coup très beau aussi ^^
    Mais bon comme quoi on en apprend tous les jours comme on dit!

    Encore merci!

  • Bonjour Kody ! Je partage pleinement ton avis sur le fait que ce devrait être aux parents de s'occuper du phimosis de leur fils. Surtout à notre époque où ils ont tous les moyens pour être bien informés. C'était très différent il y a 40 ou 50 ans de cela. A l'époque, il y avait encore de nombreux tabous à parler de sexualité en famille et on n'abordait que très difficilement ces sujets, quand bien même ils étaient abordés. C'est pourquoi à ce moment-là, l'attitude de mon grand-père a été à mon sens exemplaire et remarquable, et je ne manque jamais de lui rendre hommage lorsque cela se présente. Je suis d'ailleurs très touché par tes mots à son égard et je t'en remercie infiniment. Il aurait apprécié, mais aurait tout à la fois trouvé simplement qu'il avait agit du simple bon sens.


    Tu as également raison d'être surpris à propos du frein, car effectivement, généralement la rupture laisse une cicatrice visible ou des vestiges. Mais lorsque le frein est relativement court et fin comme il l'était chez moi, ces "vestiges" finissent par s'éroder et disparaître quasi totalement. Il est cependant demeuré un petit "nodule" sur la hampe, peu visible, et qui a fini par s'éroder au fil des rapports, des années, et peut-être aussi grâce à la crème à base de beurre de karité que j'avais appliqué pendant un temps dessus, et qui m'avait été conseillé par un dermatologue. Je ne sais pas si le résultat est "beau" (?) mais en tous cas, il est vrai que cela fait propre. Mais je n'y suis pour rien ... il faut simplement remercier là Dame Nature !

  • Effectivement, j'ai moi aussi été baigné dans le tabou concernant ce sujet assez délicat dans ma famille. C'était pas 'interdit' du tout d'en parler, mais clairement mes parents n'étaient pas du tout a l'aise de parler de ça a leur propre fils.


    Ce qui est finalement bien dommage, car c'est à la base naturel, il ne le faut pas l'oublier, et la société actuelle donne une pression énorme sur les 'petits' qui découvrent leur corps, les premiers rapports, etc...

    'combien de temps tu tiens?' 'tient le tient est étrange' 'le mien est plus gros' (fin, large, ainsi que toutes ses variantes... ) Etc etc... Cette liste est pratiquement Infini, sur le nombre de questions et de remarques, que peut se prendre un enfant.

    Et c'est sans compter sur la médecine actuelle, qui n'arrange pas franchement grand chose sur ce point (alors que d'autres ils font des progrès juste énormes).


    Si un jour mon fils devait me demander conseil, réconfort, montrer quelque chose, sur ce point jamais je ne lui refuserais. Je me sent comme responsable de son bien-être, et je pense que chez un gars, sans en faire tout un foin, c'est une partie intégrante du bien être. Certains sont bien intactes, certains préfèrent circoncis, certains large, court, prépuce court, long, etc.... Il n'y a qu'à voir ce forum, dans quel état on est, a partir du moment où on a touché a cette partie du corps, et pour la plupart sans notre avis...


    Et oui, Dame Nature a bien fait les choses chez vous ^^

    Par contre, votre photo m'a interpellé là. Si c'est vraiment un petit vestige de votre frein ça, je crois que j'ai quelque chose qui y ressemble bien. Je vais vérifier dès ce soir. Juste pour savoir, est-ce que ce petit 'bouton' est un peu sensible chez vous ?

  • Et c'est parce que mon grand-père, bien plus ouvert (ancien marin qui a parcouru le monde, ceci explique peut-être cela) que mes propres parents a eu l'idée de vérifier les dires du médecin, que j'ai échappé sans doute à une circoncision promise.

    Hello !


    Je tiens également à féliciter cet homme, pour ce geste qui devrait être si simple à réaliser pourtant, pour tous les pères ou grand-pères...

    :cursing::cursing::cursing: La circoncision est une véritable mutilation qui a détruit ma vie sexuelle !!! :cursing::cursing::cursing:

    Méthode de restauration avec manchon silicone expliquée ici

    Mise en place du manchon en vidéo ici

    Ma restauration ici

  • C'est vrai que c'est bon et rassurant d'avoir a faire a des gens bienveillants.

    Ce genre de personnage (famille ou pas d'ailleurs) qui réfléchissent , qui sont empathiques et protecteurs. Essentiel pour la défense de nos enfants.

    Chaque père ou mère se doivent d'être comme cela.

    Grands-parents idem bien entendu.

    Je ne parlerais pas des miens qui ont été complices de ma situation, je n'ai pas eu la même chance. Ça me rends triste en réalité.

    Mais c'est bon de savoir que c'est différent ailleurs.


    J'en profiterais aussi pour rendre hommage a Ernest ici présent , père de 3 garçons si je me souviens bien et qui n'aurait jamais toléré quelques débordements ou approximations envers eux afin de les protéger de cette honteuse mutilation (circoncision).:thumbup:

  • Par contre, votre photo m'a interpellé là. Si c'est vraiment un petit vestige de votre frein ça, je crois que j'ai quelque chose qui y ressemble bien. Je vais vérifier dès ce soir. Juste pour savoir, est-ce que ce petit 'bouton' est un peu sensible chez vous ?


    Oui, tout à fait, c'est étonnant, mais le si peu qu'il reste du frein demeure très sensible. Et ce qui est étonnant, c'est que la base de la hampe, où finalement le frein était attaché demeure sensible. Même si elle n'est plus vraiment visible, j'imagine qu'il demeure une cicatrice sous-jacente ...

  • Et bien, effectivement il doit avoir quelques restes dans ce cas!

    Bon j'ai vérifié, et moi j'ai rien de 'visible' non. J'ai juste finalement ma cicatrice de ma séparation visible, mais non, mon 'bouton' est trop mal situé pour que se soit le frein, ça doit être autre chose. Par contre il a toujours été un peu sensible lui aussi, tout comme ma 'zone' du frein. Donc oui, même en étant aboli, il reste en dessous clairement des capteurs. Et tant mieux quelque part!

  • Message de bech ().

    Ce message a été supprimé par l’auteur lui-même: Message juste pour déplacer un morceau de discussion ().
  • Bonsoir Marie. Lors de masturbations, seul ou réciproques avec ma compagne, oui, c'est bien entendu un endroit que nous stimulons. Les terminaisons nerveuses , j'en suis bien d'accord, sont très certainement là et toujours aussi sensibles. Je t'encourage a en faire de même avec ton compagnon pour lui prodiguer un maximum de plaisir ! :)

  • Tout mon traumatisme vient de là, son sexe est mort.

    100% de ses zones érogènes ont disparues.


    Au début Je stimulais ce même endroit en imaginant des terminaisons nerveuses internes, mais non rien. Il se demandait même pourquoi je faisais ça.


    La prise de conscience est devenue insupportable pour moi.


    Cherche ma publication sur la masturbation des circoncis pour comprendre qu’il y a une grande différence entre celui qui a encore son frein ou plus précisément les terminaisons nerveuses du frein et celui qui a reçu le coup de scalpel qui change tout.

  • Tout mon traumatisme vient de là, son sexe est mort.

    100% de ses zones érogènes ont disparues.

    Je confirme ce que dit Marie malheureusement... mon sexe est également mort Je n'ai plus de zone érogènes !!!

    :cursing::cursing::cursing: La circoncision est une véritable mutilation qui a détruit ma vie sexuelle !!! :cursing::cursing::cursing:

    Méthode de restauration avec manchon silicone expliquée ici

    Mise en place du manchon en vidéo ici

    Ma restauration ici

    Message modifié 1 fois, dernière modification par Sebiohazard ().

  • @ Marie : Oui, je comprends parfaitement. Il est évident qu'une section, voire une destruction complète du frein par la circoncision n'a rien à voir avec une déchirure naturelle, qui elle, ne supprime aucune terminaison nerveuse. Je suis malheureux pour toi et pour ton compagnon. J'ai eu de nombreux témoignages et discussions avec des hommes circoncis sur d'autres fora, et une majorité rapporte le même constat de perte de sensibilité lorsque leur frein a été supprimé par le chirurgien. Certains se plaignent en parallèle d'une perte totale de sensibilité dans le gland. Pour eux, parvenir à un véritable orgasme devient difficile, et le partage de la jouissance avec leur compagne devient un calvaire lorsqu'il est encore possible. En tous cas, tu as toute ma compassion Marie.

  • Certains se plaignent en parallèle d'une perte totale de sensibilité dans le gland.

    C'est exactement ce que je vis !!!

    Pour eux, parvenir à un véritable orgasme devient difficile, et le partage de la jouissance avec leur compagne devient un calvaire lorsqu'il est encore possible.

    Tout à fait :thumbup: pour moi impossible d'avoir des relations sexuelles satisfaisantes & cela depuis mon adolescence !!!

    :cursing::cursing::cursing: La circoncision est une véritable mutilation qui a détruit ma vie sexuelle !!! :cursing::cursing::cursing:

    Méthode de restauration avec manchon silicone expliquée ici

    Mise en place du manchon en vidéo ici

    Ma restauration ici