Comment se masturbe un circoncis ?

  • J'ouvre cette discussion car je crois qu'on a va avoir quelques surprises.



    Comment font tous les I que j'ai rencontré (je pense que je les ai tous vus faire)


    Ils mettent de la salive dans leur main qu'ils étalent sur leur gland après avoir décalotté.
    A la base de l'index il y a une forme ronde qu'ils vont mettre sur leur frein. Souvent ils vont changer quand le rythme va accélérer pour y mettre (sur le frein) la base charnue du pouce (celle qui va du pouce au poignet)


    Y a des I ici qui pourraient confirmer ou infirmer.


    Mon C : ben là ça ressemble un peu à n'importe quoi. Je pense qu'il tente de stimuler sa prostate au travers du périnée.
    En tout ca il ne s'occupe pas du tout de son gland (même plus sensible après sa réhydratation) et se focalise sur la base de la hampe. Efficacité assez nulle. Pour y arriver il faut que je le stimule donc fasse appel à son cerveau et fantasme.
    Il n'a aucun jeu de coulissement possible tellement la peau est tendue.



    Et vous ?

  • Pour moi, jusqu'à ce que la restauration permette un début de coulissement, ça a toujours été "secouer la hampe" sans jamais toucher au gland (car c'est douloureux de le toucher directement). Ca fonctionne bien mais le plaisir que ça procure est minime par rapport à un coulissement qui stimule le gland, que je n'ai découvert que récemment. Mais quelle découverte ;-)


    Patochan

  • Moi, je m'amuse à remonter la peau qui reste et la redescendre. Plus je restaure, plus j'ai de la peau et plus j'aime ça.


    Parfois je prends du lubrifiant et j'y va directement avec la main, mais pas trop souvent car j'ai remarquer à la longue que ça irritait mon gland.


    Et je me rentre un doigt dans le derrière, ça fait jouir encore plus, et ça donne un très puissant orgasme.

  • Les I peuvent s'exciter mais je ne pense pas aller jusqu'à l'éjaculation sans salive. Le gland n'est pas si humide.
    Ou alors c'est qu'ils sont déjà très chaud et qu'il faut très peu de temps.


    Je suis pourtant persuadé que les hommes intacts n'ont aucunement besoin de salive pour se masturber et atteindre l'orgasme.


    Ce que tu dis m'étonne beaucoup


    L'année dernière il m'était impossible de faire sans salive ou sans lubrifiant.
    Aujourd'hui, je n'en ai besoin que si c'est vraiment "sec", sinon l'humidité suffit aux sensations et à atteindre l'orgasme.


    Pour les intacts, c'est la même chose, la salive ajoute de la douceur aux sensations, mais ce n'est pas une condition pour le plaisir.


    Nicoco

    "je suis circoncis... J'ai vraiment pas de peau !" :D


    "Je suis circoncis... Mais j'ai arrêté !" :thumbsup:

  • Tiens au fait, c'est quoi tes joujoux préférés ? A toi aussi on t'a coupé un truc ?


    Voir le témoignage de Marie ;)


    L'année dernière il m'était impossible de faire sans salive ou sans lubrifiant.
    Aujourd'hui, je n'en ai besoin que si c'est vraiment "sec", sinon l'humidité suffit aux sensations et à atteindre l'orgasme.


    Ça illustre bien une des améliorations apportée par la restauration du prépuce :thumbup:

  • Pour moi, jusqu'à ce que la restauration permette un début de coulissement, ça a toujours été "secouer la hampe" sans jamais toucher au gland (car c'est douloureux de le toucher directement). Ca fonctionne bien mais le plaisir que ça procure est minime par rapport à un coulissement qui stimule le gland, que je n'ai découvert que récemment. Mais quelle découverte ;-)


    Patochan


    Avant de restaurer, je faisais comme Patochan : secouer jusqu'à ce que ça se mette à gicler. Je ne connaissais que cette façon là.
    Par contre, pas de problème pour toucher au gland qui pouvait se manipuler comme de la peau normale (et le peut encore sans faire mal).


    Avec la peau mobile j'en suis venu à faire des coulissement et j'ai constaté de que de simples caresse (effleurements) soit sur la peau de la hampe, soit sur le gland donnent déjà des sensations très agréables, ce qui peut être une bonne idée pour commencer.


    Pas besoin de lubrifiant pour aller jusqu'à l'éjaculation. Mais cette dernière n'est à présent ni puissante ni abondante (juste une coulée d'un volcan pas très actif). Je pense que c'est dû à l'âge.

  • Hello!!! Ben moi je ne pourrais pas le dire car je ne l'ai jamais fait comme ca en le secouant. Moi c'est la méthode habituelle c'est à dire monter et descendre la peau sur le gland. Mais j'ai déjà vu cette méthode dans des films quand j'étais plus jeune mais je n'ai jamais essayé. Bye!!!

  • Bonjour Nicolas, marie, nicoco...


    Je souhaitais répondre au post de Nicolas du 20 aout, j'ai toujours été intact, même si j'ai eu pas mal d'ennuis.


    Mes masturbations se sont toujours faites à sec, par simple coulissement de l'étui préputial sur le gland.


    J'avais expérimenté plus agé vers 18 ans ( quand j'ai su décalotter) des masturbations décalotté, c'était très inconfortable, difficile à réaliser, impossible sans savon, ou salive.


    J'ai eu l'occasion de lire aussi la maltraitance sexuelle dont nicoco a fait l'objet.


    Enfant, moi pour échapper à la douleur infligée par le médecin scolaire lors de décalottage en force sans autorisation et acharnement, je me concentrais toujours pour


    avoir le pénis le plus rétracté possible pour leur compliquer la tâche.


    Cela n’empêche pas qu'ils faisaient très mal, mais ne sont pas arrivé à me déchirer.

  • Ceux qui disent se secouer le sexe peuvent ils expliquer vraiment car je ne suis pas sûre de comprendre.
    Merci


    J'utilise "secouer" par opposition à "coulisser". Quand la peau est trop tendue pour pouvoir coulisser, c'est l'ensemble qui est "secoué".


    Patochan