L'avis du conjoint en cas de restauration du prépuce

  • Salut Kody, bravo pour ce début !


    je n'ai pas vraiment de conseil à te donner, mais plutôt des questions.


    Qu'est ce qui gène ta compagne dans cette démarche ? a t'elle peur que tu sois différent après ? j'imagine qu'il n y a pas qu'une question de physique derrière ?


    @++

  • Salut Kody, bravo pour ce début !


    je n'ai pas vraiment de conseil à te donner, mais plutôt des questions.


    Qu'est ce qui gène ta compagne dans cette démarche ? a t'elle peur que tu sois différent après ? j'imagine qu'il n y a pas qu'une question de physique derrière ?

    Merci! :)


    Pour te répondre, non, je pense vraiment que c'était plus une peur que je puisse me faire mal. Et je comprend parfaitement cette peur. Le physique rentre en compte, forcément, puisqu'elle m'aime comme ça, et s'est évidemment parfaitement habituée a mon pénis tel qu'il est encore aujourd'hui.Mais une transformation physique n'est jamais a prendre a la légère, quoiqu'il arrive. Même si c'est mon corps, nous vivons ensemble, et je trouve que c'est normal qu'elle puisse suivre ça de près, et avoir son mot pour me conseiller, guider, et qu'on s'écoute mutuellement. :)


  • tant que son mot est de conseil et pas dirigiste ca va. Car dans l'absolu, elle ne peut que te suivre dans ta démarche. En aucun cas elle ne peut s'y opposer. C'est justement ce qui fait la symbiose d'un couple.

    Chacun sa vision du couple je présume. Me concernant, j'accepte volontiers le fait qu'il y ait débats, peser le pour et le contre, et y réfléchir ensemble.
    Et c'est justement exactement se qu'il y a eu ici :
    'pourquoi tu désires faire ça?'
    'Est-ce qu'il y a des risques pour toi?'
    'Est-ce que tu croyais que je ne l'aimais pas comme ça?'
    C'était le genre de questions dont nous avons débattu ensemble, et c'était productif. Elle voulait être sûre que c'était sans risque, et que j'étais sûr de mon coup.
    Étant en couple, et surtout avec un enfant, elle a parfaitement le droit d’émettre un avis négatif je trouve. Nous sommes l'un pour l'autre des gardes-fous. C'est aussi ça, ma vision du couple. ^^

  • OCP, si je peux me permettre, tu déforme un peu les mots là utilisés, alors que nous sommes dans le fond d'accord tous les deux sur le sujet! ^^

    Je n'ai pas dis que c'était ta vision, et encore moins qu'elle s'était opposé a MA décision, juste dis qu'elle n'étais pas forcément des plus enjouée a l'idée, quand je lui ais présenté ça sous les yeux, car forcément, ça force les questions!
    Imaginons dans l'autre sens :
    Ma compagne me dit un jour comme ça 'Bon, chéri, j'ai pris une décision, je veux me refaire faire la poitrine'. Et bien, je pense que je demanderai des explications tout de même!
    Nous sommes sur une transformation physique, pas en train de choisir entre une banane et une pomme.

    Mais je le répète, dans le fond, nous sommes d'accord si tu relis bien mes mots :)

  • Je ne me sens pas agressé, rassure toi, nous sommes là pour discuter (bon même si on dévie un peu du sujet haha), et comme je disais, et tu le répète ici, nous sommes d'accord dans le fond.
    Mon exemple peut rester tout de même valable, pour diverses raisons, cicatrices, malformation, etc... et nous restons dans une transformation physique voulu, par contrainte passée. Et ça serait valable pour des dizaines autres raisons dans l'absolu.

    Mais pour continuer ce genre de débats, et qui est fort intéressant d'ailleurs, je pense qu'il faudrait limite déplacer ça sur un autre topic ^^
    Revenons a mon entre-patte! *rit*

  • Je suis enfaite pas certain d'avoir envie d'en parler pour l'instant.

    Je pense que c'est a faire au feeling, tout simplement. Si pour le moment, tu ne le veux pas, c'est que tu ne le sent pas... Mais attention, un jour elle va forcément le voir tout de même (c'est le but que se soit visible :p)!

  • Merci pour cette conversation qu’en tant que femme je suis régulièrement et souvent avec tristesse.


    Je rappelle qu’ici il y a des hommes dont la compagne est contre t d’autres qui ont perdu la leur, alors choisissez bien vos mots


    J’aimE bien l’idÉric de la comparaison avec la poitrine.

    Imaginez qu’apres une grossesse les seins soient devenus horribles aux yeux de votre femme ou aux votres. Si elle vous disait : je veux des seins de la taille d’un ballon de foot et je suis prête à faire 10 opérations pour ça.


    Vous réagissez comment ?


    Changer son corps n’est absolument pas neutre pour soi (et vous le savez bien) mais pour les autres non plus surtout ceux qui nous aiment.


    Je ne sais pas du tout ce que je ressentirai si mon homme me parlait de restauration et pourtant je dois faire partie des rares femmes qui connaissent assez bien le sujet sous tous ses angles. Merci du reste à vous tous.


    Je crois que c’est la peur qui serait ma première réaction.

  • Changer son corps n’est absolument pas neutre pour soi (et vous le savez bien) mais pour les autres non plus surtout ceux qui nous aiment.

    De la même façon que l'on a décrite plus haut dans le post, par le dialogue et le "débat" le plus naturel qui soit dans un couple solide.

    Je pense que se sont les deux phrases les plus importantes.

    Parler, et encore parler. Mais il n'y a aucun moyen de forcer l'autre accepter un tel changement physique de manière sûre.

    La solidité du couple peut être mise a rude épreuve.

    Oui Marie a exagéré l'exemple, et pourtant, en le remettant dans la norme, c'est tout a fait valable. Celle ou celui qui nous aime, nous accompagne, nous a accepté avec nos qualités et nos défauts, moraux comme physiques. En faisant une modification de cet 'accord', rien ne garantit qu'il ou elle le prenne bien. Nous parlons pas d'une prise de poids, nous parlons d'une modification sans retour possible en arrière.

    Donc rien ne vaut les discussions au calme, et... essayer de rassurer.

  • je trouve vraiment que c'est plus compliqué que juste la légitimité...

    On va prendre un autre exemple.

    Imaginons que je suis en couple, avec un homme.

    J'ai appris a le connaître, ses idées, son physique.

    Et, il s'avère que justement, je préfère les hommes circoncis. Ça tombe bien, je découvre que lui l'est! Youpi... c'est le duo gagnant, je l'aime, lui aussi, on se met ensemble!

    Hum... imaginons toujours, mon couple dure comme ça depuis maintenant une dizaine d'années.

    Mais... voilà, il m'avoue finalement que ça ne lui convient pas, son corps ne lui plait pas... et veut s'engager dans une restauration donc.

    Il y aura forcément une boule au ventre, et des deux côtés là!

    Ça c'est le premier exemple, et je vais en greffer un 2eme par dessus.

    Prenons ce même couple, et en plus de sa propre restauration, essaye de me dire 'et toi?! Tu acceptes cet état? Toi aussi tu devrais le faire! Vraiment je t'assure!! '.

    Évidemment il ne faut pas tomber dedans. La restauration est pour nous même, mais doit être approuvé par celui ou celle qui nous accompagne. J'en suis convaincu.

    Si je prend mon couple, si jamais ma compagne avait refusé catégoriquement une telle transformation, ayant un enfant au milieu, j'aurais refusé aussi de le faire. Quite a en reparler plus tard.

    Mais tout simplement parceque c'est mon couple, et tout le monde est différent. Moi je n'aurais pas risqué, puisque je n'ai pas mal, pas de reel dysfonctionnements, etc..

  • @OCP: C'est pour ça que je disais que c'est un sujet très interessant :)

    Que fais tu alors de l'autre point de vue de beaucoup de couples, et qui sont très solides, qui est d'essayer de rassurer l'autre, plutôt que de le changer quand il y a mal être ?

    Par exemple dans mon récit, je disais avoir un mal être, tellement profond, que je m'interdisais toute relation sexuelle. Et ma compagne de l'époque savait exactement pourquoi. Elle n'a pas essayé de me changer, elle a essayé de me comprendre, et surtout de me rassurer. Et ça m'a fait beaucoup de bien évidemment. Même si pas guéri complètement, forcément.

    Mais tout se rejoint, l'importance des discussions est juste capitale, ça résout beaucoup de choses.

  • OCP tu oublies quand dans le cas d’un traumatisme c’est parfois impossible d’arriver à parler.


    Reprenons mon cas quand j’ai voulu dire à mon conjoint de ne pas circoncire son fils. J’etais totalement paralysée. Je ne savais pas quoi dire ni comment. C’était tellement important pour moi que je me sentais au pied d’une montagne impossible à franchir.


    C’est du reste mon silence qui l’a intrigué : elle qui parle de tout à n’importe qui sans tabou, ça doit être très grave !

    Comme il lui semblait impossible de faire autrement, il n’avait que des arguments pour ce qui rendait la montagne de plus en plus haute et me bloquait un peu plus.


    Tu retranscris ta situation et suis heureuse de la complicité de ton couple mais tu es pleinement conscient que c’est une chance rare et extraordinaire ?


    C’est violent de dire : elle ne peut que comprendre


    Ce n’est vraiment pas la réalité des couples.


    Combien d’hommes obligent leur femme à faire de la chirurgie esthétique ?

    Ici c’est le contraire : contraindre une personne à faire quelque chose : je t’aimerai plus si ....


    Du reste HB78 n’en parle pas à sa compagne c’est parce qu’il a peur. De lui ? D’elle ?

    Réel ? Imaginaire ?


    Et puis y a des natures. OCP est un extraverti mais ceux de ce forum qui me contactent en privé alors qu’ils n’écrivent jamais sur le forum sont des introvertis. Parler ici leur semble impossible alors leur conjoint...

  • C’est violent de dire : elle ne peut que comprendre

    J'aurais utilisé d'autres mots, mais dans le fond c'est mon idée, pour moi, c'est pas une obligation que le conjoint nous comprenne, c'est a nous, a force de discuter, de rassurer, de nous faire comprendre, et encore, c'est pas automatiquement gagné.
    Mais comme je disais, et là on le voit parfaitement, chacun est différent!

  • OCP, il ne faut pas oublier quelque chose, nous ne sommes pas dans la 'normalité', ou du moins pas encore, ses techniques sont juste inconnues au bataillon.
    Se que nous faisons, est finalement pour beaucoup très certainement vu comme exactement une opération chirurgicale de récupération, de réparation. Ben oui, le résultat est le même finalement, non? Je parle du point de vue de celui ou celle d'en face, qui ne connait pas. D'où l'importance justement de parler, c'est évident.

    Mais c'est aussi pourquoi je disais qu'une opération de la poitrine, si c'est valable comme comparaison pour beaucoup de personnes. Marie a appuyé dessus, mais oui, pourquoi accepter ici qu'il faille une grosse discutions pour une femme par exemple qui n'accepte plus son corps après une quelconque raison, et qui souhaite corriger ça, peut importe le moyen (naturel ou non), et que nous, ça devrait être automatique l'acceptation de la part de l'autre?

    C'est très délicat comme sujet, et complexe... tout le monde a des vies, des raisons, des éducations même, différentes. Il faut accepter ça.

  • OCP en idf un couple sur 2 divorce et pas sûr qu’ils rentrent dans tes 3 points. Pour la part sauf trop jeune (mon premier aurait pu être le bon et moi pour lui. Il me l’a encore dit il y a un an), mes couples se sont terminés pour aucune des raisons que tu évoques.

    Sur le couple qui ne se sépare pas combien ne le font pas pour raison d’argwent, de religion, de peur, de crainte pour les enfants.

    Au CM3 de ma fille nous avions déjà 50% de couples séparés !!


    Tu sembles appartenir à la catégorie des « être » mais une très grande (sais pas chiffrer) appartient à celle des « paraître ».

    Un homme dans le paraître ne peut que s’imaginer avec une belle femme, jeune, mince, élégante, raffinée...

    Une femme dans le paraître ne peut que s’imaginer avec un homme riche et important.


    Aimer : c’est un drôle de sentiment qui peut bien te tromper toi même. Combien sont amoureux du sentiment amoureux ?


    J’ai souvenir d’un homme raide dingue de moi. Sa famille n’en revenait pas. En réalité j’étais l’opposee de celle qu’il aimait.

    Je devais avoir quelques caractèristiques de sa femme idéale, donc il avait imaginé que j’en avais la totalité.

    Tu peux imaginer que ça a été vite un enfer pour moi.


    A partir de mes 16 ans j’ai commua poser cette question à des personnes mariées depuis au moins 15 ans (mais majoritairement plus de 25 ans) : si c’était à refaire, est-ce que tu recommencerais (en parlant du mariage). 40 ans plus tard et des centaines de couples interrogés, je n’ai trouvé que 17 femmes !!!!!!

    Chez les hommes c’est bcp plus : disons 30% pour moins de 1% pour les femmes.


    Bcp de femmes rajoutent : je ne regrette cependant pas d’avoir eu mes enfants. Sous entendu : le mariage m’a amené un bon géniteur.

  • kody : j’aime bcp tout ce que tu dis. On sent chez toi un grand respect des autres même quand ils ne sont pas comme toi.


    Sinon il est clair que tu as encore un bout de ton frein !!!

    Effectivement avec 2 doigts et un frein tu emmènes un homme au paradis.


    Dans mon témoignage j’explique bien comment le frein « se fait » du bien à un endroit précis du vagin) assez près de l’entrée, sur les vaguelettes du vagin et dans le savoir sa couronne stimule le point g (en position face à face). On en parle jamais mais c’est la différence de circonférence entre le corps du penis et la couronne qui est le plus stimulant pour nous.


    Remarquez qu’il m’a fallu ce pb dr circoncision pour le comprendre.

    Pour en être bien sûre j’a Introduis un tube lisse dans mon vagin : rien de rien.


    Semaine dernière j’etais en RV à côté du Moulin Rouge et ses sex-shops : ça m’a surpris que la majorité des godes n’ait pas cette différence de diamètre. Comme quoi les fabricants (des hommes sûrement) n’en savent rien du tout.


  • kody : j’aime bcp tout ce que tu dis. On sent chez toi un grand respect des autres même quand ils ne sont pas comme toi.


    Sinon il est clair que tu as encore un bout de ton frein !!!

    Merci beaucoup Marie ^^
    Effectivement, je pars du principe quand tant qu'ils ne changent pas ma vie, ou n'essayent pas en tout cas de la changer, oui on m'a appris a respecter les différences.

    Pour le frein... j'ai pourtant plus rien du tout en visuel.. a la rigueur je peux refaire une photo si vous désirez, pour un avoir un autre avis? Mais la zone en elle même a plus de sensations que le reste.

  • Tout ce que décris n'est autre qu'un problème d'éducation a la base.

    Hop hop hop, là je suis désolé, mais je suis obligé de t’arrêter.
    Je ne veux pas rentrer dans un conflit, ça serait inutile, surtout qu'on est ici a la base pour s'aider. Mais ça devient réducteur, de plus en plus.

    Si il y a une seule chose dont je suis fier, c'est justement de mon éducation que m'ont donné mes parents, et je peux t'assurer, qu'elle est bonne. Et pourtant, oui pourtant, elle n’empêche pas de comprendre le point de vue de Marie.

    La mode représente 70% des habits portées par nos générations. Le chiffre est énorme hein (et encore je suis peut être en dessous, il faudrait que je vérifie)? Donc, l'avantage du chiffre, est flagrant là, c'est forcément bon!
    Ben non, et on le voit bien. Tout change, et très vite.

    Oui c'est un exemple bien trop facile, ça je l'accorde aisément, mais il peut être appliqué partout.

    Pourquoi, au lieu de dire 'non', juste ne pas accepter le fait que tout le monde est différent? On doit accepter ça, rien que nous, sur ce forum, pas UNE seule personne que j'ai lu se ressemble, a cause de ses expériences, son éducation effectivement, son passé, et ses projets futures, et aussi comment il est accompagné! Les différentes réactions qu'on a TOUS, envers nos conjoints, reflètent bien qu'on gère tous ça, différemment, et c'est tout a fait normal.

    Allez dire a un couple 'heu... fais ça, plutôt que ça hein, moi je fais comme ça', et vous aurez très certainement 2 solutions en face :
    'Je gère mon couple comme je l'entend'
    ou
    'Heu... ok' par politesse.

    Rien que moi, si je n'étais pas accompagné quand j'ai connu cet espoir de restauration ici, j'aurais réagi différemment, et j'en suis persuadé, a 200%
    Déjà je n'aurais pas hésité, et de plus, je me serai interdit de nouveau de me mettre en couple tant que ça ne serait pas fini.
    Tout dépend des situations passées/actuelles/futures de chacun, personne ne peut JUGER un autre, sans réellement le connaitre.

  • Je ne le ramène pas a moi, je me sert de mon exemple d'éducation ici si tu relis bien, pour défendre Marie, qui expose un point de vue, que je comprend. En aucun cas j'ai dis que tu jugeais mon éducation, puisqu'en effet c'est pas le cas, mais plutôt celle de Marie, ou en tout cas des exemples de Marie.
    Si toute fois j'ai bien compris le précédent message.

    Mon problème a moi, que je ressent, c'est qu'on a vraiment l'impression que de ton point de vue, on doit faire 'ça', et pas autre chose, sinon on va droit dans le mur, et on a donc forcément tord. Moi j'apporte juste une réponse qui est 'attention, tout le monde est différent', et oui, je le maintient fermement. Après a l’écrit, je sais que c'est délicat de bien se faire comprendre des fois, surtout des sujets aussi complexes que ça.

    Quand on relit tous les messages, il n'y a qu'une seule et unique chose qui revient en commun, c'est les discutions avec l'autre. Je pense que vraiment, en dehors de ceci du coup, en dehors du fait de parler effectivement, et bien chacun essaye de gérer sa vie de couple comme il l'entend, et surtout comme il l'entend avec son/sa compagne.

  • Une relation, même très saine et solide, est légèrement plus compliquée que 1+1=2...


    Si la relation de couple est saine, empathique , équilibrée et juste, aucuns obstacles se dressera sur une demande de l'un ou de l'autre.

    Non, elle aidera grandement, mais elle ne garantie rien sur un truc aussi délicat et définitif sur un sujet aussi spécial et délicat d'aborder, que notre restauration de prépuce par exemple.
    Voilà, moi aussi j'affirme maintenant mes dires.
    Si dans ton couple, tout se passe a merveille, et que tu peux prendre des décisions aussi 'graves', sans avoir peur de la réaction, ou un refus, de l'autre, alors tant mieux, sincèrement, en effet ton couple, préserve le bien, il est au top.
    Mais c'est loin d'être le cas dans la majorité des couples, que tu le veuilles ou non, et je parle bien des couples 'solides'. Pour la simple et unique raison, qu'on aime l'autre, et qu'on a peur de le/la décevoir, en changeant quelque chose, et surtout quand c'est un truc définitif.
    'Vais-je encore lui plaire? Accepte t'elle ça juste pour moi, par amour,ou alors elle aime vraiment cette idée de changement, etc'.
    Un couple, c'est regarder dans la même direction, pas l'un l'autre. Certains, voir beaucoup en fait, ont peur justement de s'écarter de cette ligne directrice, qu'ils ont mis du temps a construire avec celui ou celle qui l'aime, peur de décevoir l'autre, être toujours meilleur.

    Bon par contre, on s'écarte vraiment.. mais genre vraiment, du sujet là de base... ^^