"Intégrité sexuelle" contre "autonomie génitale", le biais américain